Église orthodoxe de Bulgarie

Monastère de Rila

Début À propos

À propos

".... Dans toute la gloire bulgare lorsque ces grands monastères et églises étaient auparavant en Bulgarie, à notre époque, Dieu a laissé seul le monastère de Rila tout exister à travers les prières du saint Père Jean. Il est d'une grande utilité pour tous les Bulgares de sorte que tous les Bulgares sont obligés de le garder et de donner de l'aumône au saint monastère de Rila, pour ne pas éteindre le plus grand profit bulgare et la gloire qu'ils reçoivent du monastère de Rila par les prières de notre saint Père Jean, le glorieux saint bulgare ... "

/ Révérend Paisii de Hilendar, "Histoire slavo-bulgare" (1762) /

Le monastère de Rila, le Trésor de la Bulgarie, fleurit magnifiquement au sein de la montagne de Rila, là où les rivières Drushlyavitsa et Rilska s’écoulent richement.

Fondé dans la prémière moitié du Xème siècle par le patron céleste du peuple bulgare, révérend Jean de Rila, le monastère répresente le pilier de l’esprit bulgare et son identité.

Tandis que les informations sur le sort des reliques de saint Jean pendant le période de Xème – XIVème siècles sont assez détaillées, celles sur le Monastère de Rila lui-même sont limitées. À partir du XIème siècle jusqu’aujourd’hui divers monument littéraires sont gardés dans le dépôt du monastère, comme la copie glagolitique de la célèbre «Instruction» de saint Ephrem le Syrien, qui témoignent d’une activité littéraire continue. Selon un Chrysovul (diplôme de dotation) du tsar Ivan Shishman (1371-1393), les hommes d’Etat bulgares - rois Ivan Asen II (1218-1241) et son successeur (1241-1246) ont réaffirmé les possessions et les droits du monastère de Rila en le vénérant comme un foyer sainteté et un lieu de culte.

En 1334 – 1335 Hrelyo, un généreux donateur du monastère de Hilandar, construit en 1834 une tour de défense, des cellules monastiques et un temple qui a été sur le site de celui d'aujourd'hui.

Au cours de la domination ottomane (XVème – XIXème siècles) le Monastère de Rila est devenu un centre d'auto-préservation spirituel, culturel et littéraire et de renaissance de l'esprit bulgare. Après avoir être brûlé, l’école littéraire de Tarnovo a été déplacée au monastère. La bibliothèque de Rila a été renouvelée et enrichie avec de nouveaux manuscrits. À la fin du XVIIème siècle un atelier de reliure a été créé. Des liens avec les monastères du Mont Athos ont été établis et en 1466 un contrat sur "l’assistance mutuelle et de l'asile en cas de danger" a été signé avec le monastère russe "St. Panteleimon" situé sur le Mont Athos. Les relations avec la Russie datent depuis le XVIème siècle où pendant les prochains siècles des moines de Rila ont été envoyés pour recueillir des dons (livres, icônes, plaques d'église, vêtements liturgiques et espèces).

Au cours de la Renaissance (XVIIIème – XIXème siècles) des écoles diverses sont fondées dans le monastère de Rila. Le distingué littéraire et abbé du monastère (de 1860 à 1864) Néophyte Rilski – le Patriarche de l'éducation bulgare, prépare les enseignants et les hommes d’Eglise à travers le pays. Il est le fondateur et le premier professeur de le célèbre lycée de Gabrovo.

Après la libération de la Bulgarie de la domination ottomane, la vie spirituelle dans le monastère continue son apogée et les reliques impérissables de Saint-Jean de Rila sont toujours une source de consolation, des miracles et d'aide céleste pour ceux qui les approchent avec foi.