Église orthodoxe de Bulgarie

Monastère de Rila

Début Ermitages et couvents Le couvent "Orlitza"

Le couvent "Orlitza"

Le couvent "Orlitza" se trouve à 18 km à l’ouest du monastère de Rila et représente une de ses possessions plus anciennes. Il a été mentionné pour la première fois dans la charte du roi Ivan Shishman de 1378, qui est actuellement conservée dans la bibliothèque du monastère de Rila. Pendant la Renaissance, le couvent d'Orlitza est l'un des 50 couvents du monastère de Rila en Bulgarie.

Les moines qui vivaient dans le couvent, pratiquaient la Sainte Liturgie dans la petite église "Saints Pierre et Paul", construite en 1469 par David - l'un des trois frères rénovateurs du monastère après sa destruction pendant l'invasion turque en Bulgarie à la fin du XIV et le début du XVème siècle. Il est né à Granitza, Kyustendil. Le 29 Juin 1469, en route de Tarnovo au monastère de Rila, les reliques de révérend Jean de Rila le Thaumaturge - fondateur du monastère de Rila en Xème siècle et son premier abbé, sont arrivées dans cette église. Dans son roman à propos du retour des reliques de Saint Jean de Rila de la ville de Tarnovo au monastère de Rila, l'érudit médiéval, diacre Vladislav Gramatik, qui avait aussi témoigné des événements, dit ce qui suit: "Ensuite, ils sont venus au couvent appelé "Orlitsa" et à l'église "Saints Apôtres" que l'abbé du monastère - David avait soulevée lui-même et ils ont mis le cercueil du révérend, car le lendemain était la fête des saints apôtres Pierre et Paul. Ils jubilaient avec le peuple, ils ont honoré le jour et ils ont servi leurs actions de grâce à Dieu. Le lendemain, ce qui est le 30 Juin, l'abbé, les prêtres et l'évêque de Krupnik M. Joseph, qui était aussi son frère de chair, ont pris le cercueil et le portèrent et les gens les ont suivis à pied et crièrent: «Seigneur, aie pitié," jusqu'au pont au-dessus du couvent ". Quelques années plus tard, une partie du temple a été décorée et la décoration finale a eu lieu en 1491 grâce à l'abbé Théoctiste de Krupnik. Le rafraichissement de la peinture de l'église a été réalisé par Nicolas Obrazopisov de Samokov en 1863 dont la composition solennelle "Remettre les reliques de Saint Jean de Rila" se trouve dans le narthex de l'église. Les fresques du XVème siècle sont conservées dans le sanctuaire et au-delà de la nef de l'église.

Le couvent "Orlitza" a eu beaucoup de bâtiments agricoles où du blé et des produits agricoles récoltés des terres du monastère, étaient stockés. Le monastère fournissait une possibilité de repos et un abri aux voyageurs de parties plus éloignées de la Bulgarie, pèlerins au monastère de Rila. Une partie de la garde du monastère a accompagné ces pèlerins vers le monastère pendant des années troublées, en les protégeant des gangs de voleurs. Dans le four, qui est encore préservé, ils ont cuit de délicieux pains pour ceux qui vivaient dans le couvent, des moines, du personnel et des visiteurs. Dans le mur nord, dans la cour du couvent, se trouve une belle fontaine en pierre, construite en 1812.

Le plus grand professeur bulgare et moine érudit, Néophyte Rilski, a écrit à propos de l'ancien couvent "Orlitza" dans sa „Описание болгарскаго священнаго монастиря Рилскаго” de 1879: "Ce couvent est comme un petit monastère car il a tous les accessoires d'un petit monastère. C'est-à-dire, il y a une église, des cellules pour la fraternité, des tables communes, une cuisine, un moulin, un jardin et tous les autres biens nécessaires. Ces hommes qui sont déterminés à superviser sur les vignes, les champs et les praires indigènes et être en attente de différents passagers externes et de monastère y habitent".

Après la nationalisation du monastère de Rila et l’expulsion de sa fraternité par des communistes en 1961, le couvent reste longtemps sans surveillance spirituelle. Aujourd’hui le couvent “Orlitza” est soutenu par des laïcs nommés par le monastère. Ils prennent soin du temple, des bâtiments et du jardin situé à proximité du monastère. Ils accueillent les fidèles et les admirateurs de ce sanctuaire bulgare. Ici la Sainte Liturgie ne prend place qu’une fois par an, à la fête des saints prééminents Pierre et Paul (le 29 juin).